Environnement : « Il faut une restriction d’importation des déchets plastiques » dixit Mr Traore

0
74

L’existence des déchets plastiques dans la nature cause de nombreux problèmes notamment l’infertilité de nos sols, la disparition de certains espèces halieutiques, la santé chez les ruminants, ainsi surtout, elle diminue la source d’alimentation de l’homme.

Pour en savoir plus, l’assistant technique du directeur Général de l’Agence Nationale de l’Assainissement et de la Salubrité Publique Souleymane Traore, un spécialiste dans le domaine des déchets plastiques s’est confié au reporter du site Guinéeprogres.net.

Dans cet entretien, il met en exergue les dangers liés à la prolifération de ces déchets plastiques dans la nature, qui est un danger pour l’environnement.
Etant responsable et spécialiste en la matière peut-on savoir quelles sont les conséquences liées au plastiques qu’on rencontre tout au longue de nos routes ? Et quelle solution peut-on trouver pour protéger notre environnement contre les dangers de plastiques ?

« Quand ces déchets plastiques ne sont pas gérés de façon méthodique, constitue un danger environnemental. Au sol où les déchets sont stockés, arrache la partie fertile de la terre. Et bien attendu, vous savez le service que la terre a rendu à l’humanité et quand la partie fertile de ces terres-là sont enlevées, elles deviennent improductives à l’agriculture et à la culture que l’humanité a besoin. Une certaine quantité de ces déchets plastiques se retrouve finalement dans les cours d’eau. Cela forme des pièges mortels pour les poissons et les ressources halieutiques. Donc, ça diminue drastiquement la quantité de ressources halieutiques pour les humains. On constate que la plupart de ces déchets plastiques vont aussi dans l’estomac de nos petits animaux domestiques ruminants, cela impacte négativement sur leur santé.

La protection de l’environnement concerne aussi l’Etat, car la République de Guinée à l’instar des autres pays du monde a ratifié les traités et les accords dans le domaine de la protection de l’environnement.
« Au niveau de la Guinée, nous sommes dans la même logique, il faut envisager les solutions allant dans le sens de respecter ces conventions pour que nous soyons au même niveau de recherche de solution. Donc, la première solution que nous envisageons ici, c’est la promotion de la valorisation des déchets c’est-à-dire ; le recyclage de ces déchets plastiques »

Ce geste est une opportunité de création d’emploi et d’abondance d’article de différentes catégories dans le marché. Et ça augmente de recherche de produit intérieur brut du pays.
Pour en faire face, il faut une restriction d’importation de ces déchets plastiques. « Il y a une certaine interdiction d’importation de certaines catégories de plastiques et cette mesure me semble une solution très efficace par ce que la plupart des plastiques sont importés. On peut mettre une certaine restriction par rapport à l’importation massive de ces plastiques dans notre pays. »

Mais, pour procéder à cela, il faut mener une campagne de sensibilisation pour ramener les citoyens à changer le mode d’utilisation de ses caoutchoucs, de penser à la réutilisation de ces plastiques.
« Vous savez cette réutilisation est une solution technologique qui a été proposée à la suite de plusieurs analyses. Ça demande encore une certaine requalification des plastiques pour que la mission d’évaluation des plastiques soit encore multipliée, c’est-à-dire réutilisé le plastique pour les même missions à plusieurs fois. Par exemple, quand votre femme va au marché les plastiques qu’elle achète pour emballer les condiments ; il vaudrait que le lendemain le même plastique soit réutilisé. Cela implique la requalification des plastiques ».
Pour l’heure, les spécialistes sont à pieds d’œuvre pour remplacer ces plastiques par des sachets bios dégradables. « Dans certaines pharmacies, il y a des petits sachets bios dégradables des produits pharmaceutiques qu’on vend aux clients. Donc, ces produits-là, peuvent se décomposer naturellement à l’espace d’une certaine période qui n’est pas comparable à celle des déchets plastiques »

Pour clore cet entretien, le spécialiste Souleymane Traore invite les autorités sur l’importance de la réduction de ces déchets plastiques dans notre pays. Car, l’homme et environnement sont indissociables, c’est comme le contenu et le contenant. «C’est-à-dire, si notre biosphère a des problèmes ça veut dire que nous aurons des problèmes. Donc, il faut protéger l’environnement et contrôler notre digestion.

Kerfalla Touré 626 41 92 88


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Gproges/includes/wp_booster/td_block.php on line 1008

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here