Politique : « la constitution actuelle ne peut pas nous gouverner » dixit Moussa Condé, représentant du RPG arc-en-ciel à Lyon

0
77

Au terme de son séjour en Guinée, le représentant du RPG arc-en-ciel à Lyon en France, Moussa Condé à bien voulu se prononcer à notre micro sur la situation sociopolitique en Guinée, notamment sur la nécessité d’avoir une nouvelle constitution pour la Guinée, et les raisons de son séjour au pays. Nous vous proposons l’intégralité de notre entretien à bâton rompu.

guineeprogres : Est-ce qu’on peut connaitre les raisons qui vous motivent à soutenir une nouvelle constitution en Guinée ?

Les raisons sont multiples. La première, entant que citoyen guinéen, je dois prendre part aux débats citoyens afin de défendre la vie de la nation. Je crois que personne n’est aujourd’hui, étrangère à ce débat qui fait polémique dans notre pays mais aussi de l’extérieur. Dans cette participation, nous devons permettre au peuple de Guinée de mieux cerner la pertinence de la nouvelle constitution, dans l’intérêt supérieur de notre nation. C’est pourquoi, je rejette tout débat confusionniste au détriment de celui basé sur les résultats qualitatifs et quantitatifs réalisés ou encours de réalisations en faveur des populations guinéennes. Dans la réplique, nous devons pouvoir faire entendre nos préoccupations et notre vision au débat citoyen, parce que nous sommes concernés à la vie de notre nation.
Cette constitution dont les défenseurs empêchent, a été faite en 2010 par une poignée d’hommes qui ont voulu décider l’avenir de 12 millions des guinéens. Actuellement, il faut comprendre une chose que le Pr Alpha Condé a été élu en 2010 et que cette même constitution à continuer. Maintenant ceux qui soutiennent cette constitution, ont soutenu le changement de la constitution quand le général Lansana Conté, paix à son âme était au pouvoir. Est-ce qu’en ce moment, il y avait une constitution qui était valable plus qu’une autre, je dirai non !
Par ce que tout simplement la constitution actuelle ne peut pas nous gouverner, il y a beaucoup de paramètres dans cette constitution qui permettent que notre pays ne peut pas fonctionner normalement.

Deuxièmement, l’homme providentiel, du changement, celui qui peut sortir ce pays de l’ornière. Voyez ce qui a été son programme gouvernemental, que nous avons vu ses réalisations depuis 2010 jusqu’aujourd’hui. Nous voyons que c’est le Pr Alpha Condé qui se donne corps et âme pour développer la Guinée. Donc, toutes ces raisons m’amènent pour vous dire que ceux qui soutiennent l’actuelle constitution ont des raisons valables, sauf que de façon jalouse, la haine et le mépris contre l’homme providentiel.
Vous savez depuis le Pr Alpha Condé a été élu, il y a eu toujours des haines contre sa personne, de son gouvernement et qui parlent mauvais de lui sans reconnaitre ses réalisations de ces deux mandatures. Je soutiens fermement le changement de la nouvelle constitution.

Est-ce que vous avez vu et lu cette constitution ?

J’ai lu la constitution, l’article 55 de cette constitution permet au chef de l’Etat actuel de demander l’approbation de la population et sur ce, il peut le faire. D’aucuns disent que s’il change la constitution, c’est pour rester au pouvoir. Je dirai non ! Ce n’est pas dans ce sens, mais c’est d’adopter la constitution guinéenne aux réalités actuelles de notre pays. Et, elle doit être défendue par tous les guinéens conscients.
Raison pour laquelle, l’ancien ambassadeur de la Russie a eu à dire que ceux qui ont écrit cette constitution sont encore là, ils peuvent la modifier, l’actualiser et l’adapter aux réalités actuelles de notre pays.
Le diplomate Russe après avoir donné sa part de vérité sur la nécessité de revoir cette constitution, certaines langues n’ont pas manqué de dire que ce dernier soutien les actions du prof Alpha Condé.

Comment le parti RPG arc-en ciel est structuré à Lyon ?

Le RPG est bien structuré à Lyon. Pour lier l’acte à l’agréable, j’ai été choisi par le Bureau de paris en 2010, le représentant du RPG à Lyon, avant même qu’Alpha Condé ne soit président de ce pays.J’étais le représentant du RPG, donc je partais dans les organes de presse pour essayer d’attirer des guinéens qui vivent là-bas, pour les motiver à faire des réunions ensemble afin de mobiliser plus de guinéens qui sont là-bas. Pour qu’ils soutiennent les actions d’Alpha Condé, pour que notre leader soit réélu c’est ce qui a été fait. Donc, nous avons repris le parti, on a fait le vote, on a encore restructuré le parti, et je pense qu’il y a un bureau du RPG qui est bien installé à Lyon qui fonctionne et qui est au courant de ce qui se passe dans le pays.

Y a t- il un rapport entre le bureau exécutif du parti à Lyon et le Bureau politique national à Conakry ?

Oui, on a un rapport avec le bureau politique national mais peu, il y a eu des revendications du bureau exécutif ici à Lyon. Mais, on a repris quelques personnes, même à paris qui étaient mecontentes. Par ce qu’on nous a laissé tomber après les élections, il y a pas de contacte réel, de prise de contact, il n’y a pas eu de personnalités qui sont à Lyon pour féliciter ceux qui se sont battus en 2015. Mais, on a fait des réunions encore pour sensibiliser tout le monde pour que les relations continuent toujours avec le bureau politique national à Conakry.
Entretenir un parti, demande des financements, quelle est votre source de financement ?
Actuellement, on n’a pas de source de financement réel en ce qui concerne le fonctionnement du parti à Lyon. Souvent, c’est sur fonds propre que chacun essaye de cotiser pour le fonctionnement du parti, par exemple, quand on veut organiser un meeting. Mais, ce problème est entrain d’être résolu.

Quand le président voyage sur France, est qu’il vous rencontre ?
Le président quand il vient à paris, il est à paris, souvent il tient des réunions à paris. Pour lui rencontrer, on est obligé de se rendre à paris pour lui rencontrer. Mais depuis 2015, on n’a pas eu l’occasion réelle pour le rencontrer personnellement. Pour quoi, par ce que son emploi du temps ne le permet pas.

Rencontrez-vous, des difficultés pour le fonctionnement du part ?

Difficultés financières oui on peut le dire, parce que nous avons demandé un budget pour que le parti fonctionne normalement à Lyon. Mais nous avons repris le contact avec le bureau politique national dans ce sens. Je pense que le représentant qui est dans le bureau à Conakry, a pris acte à cela et que je crois que les choses vont être résolues incessamment d’ailleurs.

Durant votre séjour en Guinée, qu’est-ce qui vous a plus marqué ?

Ce qui m’a beaucoup plu, c’est d’abord l’hospitalité guinéenne, je tiens à féliciter cela, qui est connu du monde entier. Je suis venu avec quelques français qui ne connaissent pas l’Afrique qui ont pour la première fois, venir en Guinée. Cela me réconforte par le sourire, par le contact humain qu’ils ont eu, je suis sûr que leur séjour a été agréable. Ça me réjoui à plus d’un titre, vous savez moi je suis guinéen ça fait longtemps que je ne suis pas venu au pays et j’ai vu cette hospitalité généralisée au niveau de la population et cela est très important pour moi de voir que ces étrangers qui sont venu avec moi chez-moi, sont contents de leur séjour.

Cette affaire de nouvelle constitution a suscité de vive polémique dans la cité, quel message d’apaisement avez-vous à l’endroit de la population guinéenne ?

Moi, ce que je peux dire à ceux qui sont contre, de faire une concession par ce que ce pays appartient à tous les guinéens. Les raisons sont plus simples que notre pays a trop de plaie, il y a trop de mauvais souvenirs depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui.

Pour se comprendre, construire ce pays ensemble. Nous sommes appelés à discuter, à poser nos problèmes sur la table. Mon regret aujourd’hui c’est de ne pas débattre avec ces opposants, j’ai voulu débattre publiquement ou à la Radio, à la télévision pour connaitre un peu leur projet. Honnêtement parlant, je ne connais pas le projet de ces opposants ou ils veulent en venir. Par ce que certains ont été au pouvoir ici, nous avons vu qu’ils soient ministres, premier ministre de ce pays.
Mais qu’est-ce qu’ils ont fait pour ce pays, est ce qu’ils ont amené l’eau, électricité, construire des routes, est-ce qu’ils ont construit des logements sociaux pour les guinéens. Pourtant, ils se réclament aujourd’hui défenseurs des guinéens. Donc, il faut poser ses problèmes réels sur table, essayé de corriger nos différends pour construire ce pays pour qu’il avance. Ce pays là appartient à tous les guinéens aucun individu, aucun parti politique, aucune organisation syndicale aussi puissant que soit ne peut vouloir ce pays sans l’avale de tous les guinéens. Ce pays ne peut se construire qu’ensemble et nous sommes appelés à s’entendre pour que la Guinée avance.

Interview réalisée par Aboubacar Soumah

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here