Insécurité : un jeune d’une trentaine d’années assassiné à son domicile à Entag

Insécurité : un jeune d’une trentaine d’années assassiné à son domicile à Entag

Les faits se sont produits dans la nuit du jeudi à ce vendredi. Arrivés aux environs d’une heure du matin selon nos informations, les bandits ont d’abord tailladé les grillages avant d’escalader le mur.

Aussitôt descendus dans la cour, ils se seraient attaqués à la chambre du propriétaire de la maison, témoigne sa femme. Il était minuit passé. Je venais de rentrer des toilettes. Soudain, on a entendu des bruits assourdissants. Mon mari m’a appelé pour savoir ce qui se passe. J’ai allumé l’ampoule pour tenter de comprendre. Directement j’ai compris qu’on a reçu de la visite. Je l’ai appelé pour lui dire de se lever que des bandits sont encore revenus. Qu’ils sont même en train de défoncer notre porte. Après, il m’a demandé d’appeler son frère. Le temps pour moi d’appeler ce dernier, les bandits étaient déjà dans notre chambre. Ils avaient même fusillé mon mari. Ils disaient que mon mari travaille pour Money gramme. Qu’il faut qu’il sorte l’argent. J’ai répondu en disant qu’il ne travaille pas du tout“, a relaté Rokia Fofana

La réponse de la femme de la victime n’a pas rassuré les bandits. Décidés d’arriver à leur faim, Ils ont intimé à Rokia de sortir l’argent au risque de payer les frais, elle aussi.

“Quand ils ont insisté, je leur ai donné l’argent que j’avais, une somme 300 mille francs guinéens. Ils ont ensuite pris mon téléphone, les deux téléphones de mon mari, et celui de ma sœur. Je leur ai donné aussi des pagnes au nombre de 25 complets non cousus. Quand je leur ai demandé de me permettre d’envoyer maintenant mon mari à l’hôpital, ils m’ont contraint de me calmer”

Mosaiqueguinée

La Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 4 =