Insolite : UNE CONFÉRENCE PRESSE FINIT PAR DES COUPS DE POING !

Insolite : UNE CONFÉRENCE PRESSE FINIT PAR DES COUPS DE POING !

L’acte s’est déroulé dans la cours de la maison commune des acteurs de médias située à Kipé Dadya, commune de Ratoma. Pour la petite histoire, la communication qui a été cœur des débats, en début d’après-midi de ce mardi 27 octobre, était centrée sur un appel à la retenue, à la préservation de la paix dans le pays et au respect des principes démocratiques. C’est une initiative de l’Association guinéenne pour défense des acquis démocratiques, AGUDAD, présidée par Mohamed Ansa Diawara.
Pour l’incidence, tout est parti lorsqu’un de nos confrères du quotidien en ligne : Loupeguinee.com a demandé à l’animateur principal s’ils ne se sont pas préoccupés par le sort qu’un des candidats de l’opposition est en train de subir.
Le conférencier, Mohamed Ansa Diawara de répondre : « Si vous avez constaté, nous n’avons pas dit, le nom d’un parti politique ici. Nous avons parlé des candidats en lice. Vous savez, il y a toujours un point de déclenchement et il est important toujours de situer le point de déclenchement. »
Puis d’ajouter : « Dès qu’un candidat s’est déclaré vainqueur, les militants de ce candidat, se sont levés, on ne dit pas non, nous sommes en politique, mais devons-nous retenir.»
Le président de l’AGUIDAD de soutenir, qu’avant la présidentielle que son Association aurait sillonné tout le pays appelant à la paix : « Et le pouvoir en place et les autres candidats, on a dit que personne ne doit s’autoproclamer, ça été dit publiquement, même les institutions internationales qui étaient venues en Guinée l’ont dit .»
Notre confrère, est par la suite revenu à la charge en ses termes : Même si on le vol ? Du coup, un des membres de l’Association se lève brusquement. « Mais toi, tu es qui pour poser ces questions et l’interrompre.»
Un tohu-bohu s’installe dans la salle de conférence, le modérateur tente de calmer mais en vain. Finalement, le visiteur a été invité de quitter la salle. « M. Adama sortez de la salle », a insisté le modérateur Alpha Diallo. « One Topic (journaliste qui se fait agresser, ndlr), toi, tu restes-là, ne sort pas », a demandé une consœur.
Ce dernier, également ne s’est pas ressaisi : « laisse-moi le casser la gueule », a lâché notre confrère très remonté. Soudain, la situation devient incontrôlable, suite à l’implication des autres membres de l’Association. Le combat cette fois-ci, se passe non pas dans la salle de conférence, mais dans la cour de la même institution. Il a fallu l’intervention des vigiles et certains hommes de médias pour appuyer le personnel de la MDP à pouvoir ramener le calme. « Je suis désolé, désormais si vous venez ici, venez avec des personnes qui peuvent se retenir. Il n’a nullement le droit de s’en prendre à un journaliste qui te pose une question. Il n’a pas le droit, insiste-t-il. Heureusement que c’est avec toi et ça va s’arrêter. Prochainement, si tu viens pour une activité, tu ne seras reçu qu’avec une seule personne. Que chacun gère son tempérament, c’est aussi simplement que ça. Il n’a pas le droit de se jeter sur un journaliste qui pose une question. Tu as sollicité la maison de la presse pour ça. Qui était mieux placé que toi, à qui, il a posé une question de s’enflammer. Lui, se lève, et il a envie de le battre. Non, je ne peux pas l’admettre », a vertement remarqué, Alpha Diallo. Entendu, a souligné le conférencier.
Et merci, a de son côté dit le modérateur. « Ça ne va plus se reprendre », a assuré Ansa Diawara.

 Billetdujour.com

La Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 2 =