Signatue d’un préambule: La Guinée s’engage à lutter contre la résistance aux antimicrobiens (RAM)

Signatue d’un préambule: La Guinée s’engage à lutter contre la résistance aux antimicrobiens (RAM)

Un atelier de validation politique du Plan d’action national multisectoriel de lutte contre la résistance aux antimicrobiens(RAM) et des textes réglementaires de la gouvernance en Guinée s’est tenu ce lundi 30 novembre à Conakry.le but est d’accompagner la Guinée dans le cadre du renforcement de son système de santé pour l’amélioration de l’accès aux soins de qualité des populations.

La cérémonie a connu la présence des membres du gouvernement entourés des partenaires au développement ainsi que des cadres venus des ministères de la Santé, de l’Agriculture, de l’Elevage, des Pêches et de l’Environnement.
A l’enrame, , Mme Annick Jeantin-Quentin, Responsable pôle Afrique du nord – Golfe de Guinée – Afrique de l’est (AGA) chez Expertise France dira que la résistance aux antimicrobiens est à ce jour un phénomène naturel qui est devenu un véritable sujet de santé publique.

C’est pourquoi elle a salué l’idée qui a prévalu à l’organisation de cet atelier, avant de réitérer l’engagement d’Expertise France à œuvrer ce jour et dans le futur aux côtés de la Guinée pour défendre et soutenir un système de système de santé pérenne qui inclut l’amélioration de l’accès aux soins de qualité des populations.

De son côte, le Représentant de l’OMS EN Guinée Pr Georges Alfred Ki-Zerbo. a déclaré ceci « En effet, si nous nous devons rebâtir un monde meilleur, la santé devra être mise au cœur de l’agenda de développement dans tous les pays. Et la résistance antimicrobienne est l’un des piliers de la sécurité sanitaire que nous comptons, au sein du Système des Nations-Unies avec la FAO et toutes les autres agences, placer au centre du prochain cadre d’assistance du Système des Nations-Unies au gouvernement de la Guinée comme une problématique prioritaire au cœur de l’agenda ‘‘Rebâtir mieux en plaçant la santé au centre’’ ».

Plus loin, il dira qu’Il s’agira de mettre en place l’instance nationale de coordination dans l’optique du concept ‘‘Une seule santé’’, de mobiliser des ressources domestiques pour compléter les appuis extérieurs dans un sens d’appropriation par la partie nationale et de pérennisation. La récente ratification par la Guinée du traité de l’Agence africaine de médicaments est à cet égard une opportunité à saisir dans le cadre global de la gestion de la problématique des antimicrobiens et de la lutte contre les médicaments faux, falsifiés sous dosés.

Présent à la rencontre, le répresentant du gouvernement ministre des eaux et forêts, Oyé Guilavogui souligne que que les enjeux mondiaux de préservation des populations humaines, animales et de l’écosystème dans son ensemble interpellent l’opinion internationale et l’attention des dirigeants des pays exposés à ces risques de nouvelle nature à adopter un nouveau paradigme dans la réponse aux maladies dévastatrices.
Et d’ajouter que l’objectif de la présente validation politique du Plan stratégique national multisectoriel de lutte contre la résistance antimicrobienne en Guinée est, si besoin en est encore, de préciser de montrer au plus niveau de l’Etat l’engagement auprès de la communauté internationale quant à la défense et la protection de la santé de nos populations ».

A noter que la cérémonie d’ouverture s’est soldée par la signature solennelle du préambule, qui est est la concrétisation de la volonté politique des gouvernants à travers le monde

Aboubacar Soumah 628954199

La Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 5 =

Résoudre : *
29 + 4 =