Guinée : Le FNDC menace de descendre dans la rue ce lundi, le procureur charles wright met en garde….

Guinée : Le FNDC menace de descendre dans la rue ce lundi, le procureur charles wright met en garde….

Le front national de la défense de la Constitution FNDC a dans un communiqué publié dans les médias, compte organisé ce lundi 06 juin 2022, une marche funèbre pour le jeune Thierno Mamadou Diallo.

Une démarche qui contraste avec la bonne conduite de la transition, selon le procureur général près la cour d’appel de Conakry. Charles Alphonse Wright, quelques heures après sa rencontre avec la famille du jeune Thierno Mamadou, a fustigé l’appel lancé par les responsables du FNDC pour les funérailles. Une démarche que la famille de la victime se désolidarise, selon les dire du procureur.

Ce Dimanche 05 juin, le procureur général a organisé un point de presse, il a saisi l’occasion pour mettre en garde les responsables du FNDC contre des poursuites judiciaires: ’’je ne peux accepter qu’un dossier judiciaire fasse d’une confiscation politique’’.

« Au moment où la justice est en train de faire son travail, c’est de mettre les t-shirts un peu partout nous sommes au courant de ce qui ce passe, pour quelle finalité ?Faire sortir les gens dans la rue, faire des récupérations politiques autour de ça. Nous nous avons pas besoin, mais en cas de trouble à l’ordre public, toutes les personnes qui ont lancé, je le dis je le répète, toutes les personnes qui ont lancé les appels à cette manifestation j’ai donné des instructions ferme sans ambages.

Quelque soit la personne ces personnes là vont être poursuivies et arrêtées, différées conformément à la loi. Ce n’est pas un problème qui relève de l’autorité administrative ou pour dire autre chose. Nous disons ceci parce qu’il est très bon de rappeler les dispositions légales à la matière pour éviter que les gens pensent que ce sont des menaces. Vous ne pouvez pas en lieu et place de la famille pousser les gens dans la rue, ce n’est pas possible.

Je ne peux pas accepter qu’un dossier judiciaire fasse d’une confiscation politique, c’est pourquoi j’ai dit haut et fort, qu’on soit ministre de la sécurité si les têtes doivent tomber c’est la tête du ministre qui tombera ah oui, mais qu’on laisse la justice faire son travail. C’est pas les petites têtes, ça doit être des grandes têtes mais conformément à la loi et conformément à la procédure.», martèle-t-il.

MARIAM

Shares