Affaire Cocaïne: devant Bafoe, Fabou Camara refuse de se taire et fait des révélations

Affaire Cocaïne: devant Bafoe, Fabou Camara refuse de se taire et fait des révélations

On en sait un peu plus sur le scandale de trafic de drogue portant sur des tonnes de cocaïne et qui ébranle la police nationale guinéenne depuis quelques semaines. En conférence de presse ce mardi, 09 mars 2021, le directeur général de la police, Ansoumane Camara alias Bafoé et le directeur central de la police judiciaire Fabou Camara, n’ont pas pu afficher une harmonie autour du sujet, très sensible. La question posée par un journaliste, le directeur général de la police s’est limité à des explications déjà connues du public en tentant de refermer le débat sous prétexte que l’affaire est désormais dans les mains de la justice.

Lorsque le directeur central de la police judiciaire a repris les micros, et que les caméras ont été fixées sur lui, Fabou n’a pas obéit à l’injonction du directeur général qui ne voulait plus que le sujet soit évoqué au cours de cette rencontre avec les journalistes. «Le général a fini de parler», marmonnent d’autres officiers autour. C’était sans compter sur la détermination de Fabou qui rétorque qu’il est concerné en tant que personne citée et en tant que chef de service. Lui qui est beaucoup accusé dans cette affaire et présenté dans la presse comme quelqu’un qui refuserait même d’être entendu par une commission rogatoire mise en place. Il donne alors quelques éléments contre la volonté du directeur Bafoe.

«Moi je ne vais pas entrer dans les détails mais si je suis concerné, avec la permission du directeur général, je vais vous mettre à l’aise. Tout ce que les gens savent, ce qu’il y a une commission rogatoire. Je vous ai défini ce que c’est qu’une commission rogatoire. C’est quand le juge est saisi d’un dossier, il y a des actes que lui-même ne peut pas exécuter, il délègue son pouvoir de juge d’instruction à des officiers de police judiciaire ou à des services techniques pour l’exécuter. Pour exécuter cette commission rogatoire, il a choisi dans le cas présent la direction centrale de la police judiciaire, la direction centrale de l’OCAD, la brigade de recherche du PM3, la préfecture maritime plus la douane nationale.

Voilà les cinq services qui ont été saisis de la commission rogatoire au même moment et par le même acte. Et pour bien exécuter, de façon coordonnée, on a mis en place une commission d’enquête. Donc ce qui est à l’OCAD n’est pas une commission rogatoire, c’est une commission d’enquête. Si cela est bien compris de tous, j’ai préféré garder, pour le moment et à titre personnel, le silence. C’est volontaire. Je suis chef de service de la police judiciaire qui est partie prenante de l’exécution de la commission rogatoire. J’ai été saisi au même titre que l’OCAD», a déclaré le contrôleur général Fabou Camara.

Ce n’est pas tout. Le directeur de la DPJ révèle aussi que certains, sans citer le nom d’aucun officier, font sortir des informations concernant cette affaire. «Je ne peux pas m’exprimer sur une enquête qui est en cours bien que les gens se permettent de faire sortir des éléments, ce qui est préjudiciable d’ailleurs aux actes qui sont posés. Moi je ne fais pas de commentaire, je peux simplement rassurer que tout ce que j’ai appris au même titre que vous, n’est pas du domaine de la vérité. Je peux donner cette assurance», dit-il en présence de plusieurs autres officiers de la police dont le directeur général Ansoumane Camara dit Bafoe.

Et de conclure : «La police nationale est compétente à lutter contre la drogue en République de Guinée. La direction centrale de la police judiciaire a une division chargée de la lutte contre la drogue. Et, avec les instructions données par la direction générale, nous mènerons efficacement cette lutte».

Sélectionné pour vous : La Guinée, plaque tournante de la drogue: un responsable du PADES indexe des « officiers de police corrompus »

Source guinee114.com

La Redaction