Entretien des voiries de Conakry: « il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien » (Ousmane Gaoual)

Entretien des voiries de Conakry: « il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien » (Ousmane Gaoual)

La dégradation des voiries urbaines de Conakry ne un secret de polichinelle pour personne, l’ancien régime déchu aurait sorti plusieurs millions de dollars pour entretenir ces voiries. Mais à la grande surprise générale des nouvelles autorités du pays, plusieurs travaux seraient en arrêt à cause de la non exécution. 

Ousmane Gaoual Diallo, le porte-parole du gouvernement de Mohamed Béavogui a fait des révélations accablantes contre les anciens dignitaires du régime Condé, ce lundi 13 décembre 2021, chez nos confrères de FIM FM dans la célèbre émission le ’’Mirador ’’

« il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien »

«Il y a des gens qui ont fait de l’État ce qu’ils voulaient. Chaque fois que vous payez une facture publique, l’argent est distribuée quasi systématiquement entre beaucoup d’acteurs qui n’ont rien à voir dans le processus. J’ai entendu parler d’un enfant qui a à peine 2 ans qui avait bénéficié de plusieurs contrats. Aujourd’hui vous payez un kilomètre de route , peut-être la moitié de l’argent sera distribuée entre les acteurs Étatiques d’hier. Tous les contrats de l’État passés, il y a des bénéficiaires tiers qui ont justifié leur gonflement et décaissement souvent incroyables. Tous ceux qui collectent l’argent public en font quasiment des biens personnels. C’était gérer à la volonté de telle ou telle personne sans aucune autre forme d’utilisation (….) la situation économique qu’a héritée le CNRD est extrêmement compliquée, extrêmement difficile au regard des sommes décaissées. Rien que pour la voirie de Conakry, il avait été décaissé plus de 200 millions de dollars pour l’entretien. Quand le CNRD est arrivé, chacun de nous vivait les nids de poules partout à Conakry. C’est beaucoup d’entreprises guinéennes et étrangères qui sont associées à cela. Les activités étaient arrêtées avant même la prise de pouvoir, chacun vaquait à ses affaires , les routes se dégradaient alors que l’argent avait été décaissé et payé à ces entreprises. Le mécanisme qui était mis en place et qui est déplorable, le fonctionnaire fait un travail, il trouve un prestataire, il reçoit l’argent, il prélève de cet argent, il paye le fonctionnaire pour ne pas exécuter son travail. Donc, les gens sont payés pour couvrir les entreprises qui ne font pas leur travail », a-t-il expliqué.
Mohamed  Camara 

La Redaction