section and everything up until
* * @link https://developer.wordpress.org/themes/basics/template-files/#template-partials * * @package Cream_Magazine */ /** * Hook - cream_magazine_doctype. * * @hooked cream_magazine_doctype_action - 10 */ do_action( 'cream_magazine_doctype' ); /** * Hook - cream_magazine_head. * * @hooked cream_magazine_head_action - 10 */ do_action( 'cream_magazine_head' ); /** * Hook - cream_magazine_body_before. * * @hooked cream_magazine_body_before_action - 10 */ do_action( 'cream_magazine_body_before' ); cream_magazine_fonts_url(); /** * Hook - cream_magazine_page_wrapper_start. * * @hooked cream_magazine_page_wrapper_start_action - 10 */ do_action( 'cream_magazine_page_wrapper_start' ); /** * Hook - cream_magazine_header_section. * * @hooked cream_magazine_header_section_action - 10 */ do_action( 'cream_magazine_header_section' ); ?>

Fermeture du QG et du siège de l’UFDG: le parti perd le procès engagé contre l’Etat

Fermeture du QG et du siège de l’UFDG: le parti perd le procès engagé contre l’Etat

La décision est tombée ce mercredi et elle a été rendue par le tribunal de Dixinn. Pas de réouverture du quartier général et du siège de l’UFDG pour le moment. Ces deux lieux du parti sont fermés et assiégés par des agents de sécurité depuis le lendemain de la présidentielle du 18 octobre 2020. Maître Béa qui est du pool d’avocats chargés de défendre l’UFDG dans cette affaire, estime que le verdict est de « mauvaise foi ».

Faire appel est le recours qui reste au pool d’avocats de l’UFDG. Ce qui est déjà envisagé. A défaut d’obtenir par la justice la réouverture de son quartier général et de son siège, le parti va devoir attendre que l’Etat change d’avis. C’est-à-dire que celui-ci décide enfin de faire partir les agents de sécurité qui assiègent ces deux lieux.

Depuis le lendemain de l’élection du 18 octobre dernier, tout est de plus en plus tendu entre l’UFDG et l’Etat. Le parti a non seulement son QG et son siège fermés de force mais aussi plusieurs de ses responsables en prison. C’est le cas de Gaoual, de Cherif Bah, de Cellou Baldé et d’Abdoulaye Bah.

 

La Redaction