Guinée: Ouattara demande de vite libérer le président Alpha Condé

Guinée: Ouattara demande de vite libérer le président Alpha Condé

Alors que c’est le silence radio des voisins ouest-africains, le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara s’est entretenu, lundi soir, avec le Lieutenant Colonel Mamady Doumbouya à qui il a demandé la libération rapide du président guinéen déchu, Alpha Condé.

La junte au pouvoir en Guinée, promet la constitution d’un “gouvernement d’union nationale” chargé de conduire une “transition” politique suite au putsch du 5 septembre des Forces spéciales guinéennes conduites par le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya. Africa Intelligence révèle, ce mardi, qu’Alassane Ouattara est le premier chef d’État de la Cédéao à s’être entretenu lundi avec le nouvel homme fort de Conakry. Le président ivoirien aurait demandé à Mamady Doumbouya la libération rapide de l’ex-président guinéen Alpha Condé alors qu’un sommet virtuel extraordinaire de la CEDEAO est annoncé ce mercredi pour se pencher sur la crise guinéenne.

Les dirigeants des pays de la région ont brillé par leur silence depuis la prise du pouvoir en Guinée. Il faut dire qu’Alpha Condé s’était mis beaucoup de ses homologues à dos ces derniers mois, notamment en décidant de se présenter à un troisième mandat et en refusant tout compromis sur le sujet. Certains des pays frontaliers de la Guinée ne semblent donc pas très affectés par sa mise à l’écart. L’Union africaine et la Cédéao ont condamné la prise de pouvoir par la force et ont exigé la libération immédiate du président Alpha Condé.

De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a aussi “fermement” condamné, dimanche, dans un tweet “toute prise de pouvoir” en Guinée “par la force du fusil”, alors que des officiers des forces spéciales guinéennes avaient affirmé avoir capturé le président et “dissoudre” les institutions. Lundi, lors d’une rencontre à Conakry avec les militaires, les documents de voyage et les véhicules de fonction des ministres leurs ont été retirés sur ordre du nouvel homme fort du pays.

Alpha Condé et Alassane Ouattara sont présentés dans l’opinion publique comme deux chefs d’Etats ayant fait un coup d’Etat constitutionnel dans l’epace CEDEAO ces dernières années, pour briguer un troisième mandat à la tête de leurs pays respectifs.

Afrique-sur7.ci

La Redaction