La libération d’Alpha Condé au coeur du sommet d’Acra, le 12 décembre prochain: “c’est le minimum qu’on puisse exiger”, Macky Sall

La libération d’Alpha Condé au coeur du sommet d’Acra, le 12 décembre prochain: “c’est le minimum qu’on puisse exiger”, Macky Sall

Invité Afrique de RFI et France 24 de ce mercredi 08 décembre 2021, le Président Sénégalais, Macky Sall s’est exprimé sur les coups d’État au Mali et en Guinée.

Au micro de Marc Perelman et Charlotte Idrac.

Macky Sall soutient que les coups d’État ne sont pas acceptables en Afrique de l’Ouest, mais comme ceux du Mali et de la Guinée sont arrivés, ce qu’il faut faire, c’est d’essayer de les accompagner tout en exigeant une durée limitée :

“Notre volonté, ce n’est pas tant de sanctionner le Mali ou la Guinée. Notre volonté c’est de les aider (…) Dans deux jours, on aura un sommet des chefs d’État qui aura au menu cette transition au Mali, et en Guinée. Les chefs d’État vont évaluer, est-ce qu’il y a eu une évolution depuis notre dernière rencontre (…) S’ils nous donnent des arguments qui tiennent la route qui nous permettra de les accepter, s’ils ne donnent pas d’arguments, nous en tirerons les conséquences. Ce qui est quand même clair, nous ne pouvons pas accepter, nous  ne pouvons pas accepter dans cette partie de l’Afrique que les militaires prennent le pouvoir par les armes, ça ce n’est pas acceptable. Nous sommes en démocratie, le pouvoir se conquiert par les élections. Les pays peuvent être en crise, mais on ne peut pas faire l’apologie des coups d’État, et ce n’est pas la solution. Maintenant c’est arrivé, on a essayé d’accompagner, mais ces transitions doivent avoir un terme et on doit revenir à une situation normale et des autorités élues dans des élections libres et transparentes doivent prendre le relais”, a-t-il déclaré.

À la question de savoir si les putschistes maliens et guinéens doivent être châtiés de la même façon, le Président Sénégalais et prochain présidant de l’Union Africaine répond :

“Vous savez un coup d’État c’est un coup d’État, les circonstances peuvent différer. Les situations qui ont conduit aux coups d’Etat peuvent être différentes, pour moi c’est le même résultat”, a-t-il répondu.

Parlant de la détention de l’ancien président Alpha Condé, Macky Sall est catégorique: les autorités de la transition doivent libérer le champion du RPG :

“Non, je n’ai pas de nouvelles. Je sais ce que tout le monde sait qu’il a été maintenant amené dans la résidence de son épouse. Je n’ai pas plus d’informations là-dessus. J’avais comme tous les autres collègues quand même appelé les autorités guinéennes pour demander qu’il soit libéré, par ce que quand même une chose a été de faire le coup d’État, il a perdu le pouvoir, mais il doit pouvoir être libre de ses mouvements, libre de son action. Je pense qu’on doit quand même libérer le président Alpha Condé, c’est le minimum qu’on puisse exiger de la transition guinéenne”, a estimé Macky Sall.

Source  lerevelateur224.com

La Redaction