Le mariage précoce: Le Président d’APROGLODE invite l’Etat à prendre des mesures contre cette pratique ….

Le mariage précoce: Le Président d’APROGLODE invite l’Etat à prendre des mesures contre  cette pratique ….

Les membres de l’Association pour la Protection des Droits de l’Enfant (APROGLODE) ont procédé au lancement officiel de leurs activités, ce jeudi, 15 juillet 2021 au palais du peuple de Conakry.Cette cérémonie de lancement qui a été suivie d’une conférence débat dont le thème était axé sur le mariage précoce,a connu la présence, d’El hadj Mohamed Saliou Camara, grand Imam de Conakry et de plusieurs personnalités.

Dans son discours de circonstance, Thierno Abdoulaye Konaté président de l'(APROGLODE) est revenu sur le choix de ce thème : “Le mariage précoce est très récurrent dans notre société. Aujourd’hui, nous assistons à ce phénomène à travers tout le pays. Nous sommes entrain de combattre bec et ongle ce phonèmes. Mais, on ne sait pas par quel moyen pourquoi, parce que certains sont pour et d’autres sont contre. Ils viennent tous avec des arguments, ça peut être culturel, religieux. C’est pour attirer l’attention des autorités sur ce phénomène que nous avons organisé cette conférence afin de sensibiliser la société sur les dangers de phénomène. C’est raison pour laquelle, nous avons choisi ce thème là, et nous avons fait intervenir les juristes et les les religieux pour que tout le monde puisse conjuguer le même verbe » a t-il souligné.

Pour sa part, Fanly Sylla, l’un des conférenciers a laissé entendre que le mariage précoce est l’une des violations graves des droits fondamentaux des enfants.

« Le mariage précoce et le mariage forcé, ce sont les enfants qui sont les plus victimes. Véritablement, c’est l’une des violations graves de leurs droits fondamentaux. Le droit à la santé, à l’éducation et à l’épanouissement, tous ses droits peuvent être bafoués, lorsque l’enfant est privé de ses droits et qu’elle est instrumentalisé pour être donnée de force à quelqu’un qu’elle n’aime pas.
Les conséquences sont grandes , ça peut aller jusqu’à menacer sa vie, c’est une occasion pour nous, d’alerter et de sensibiliser les citoyens pour qu’ils sachent que c’est un phénomène dangereux pour la société » a t-il ajouté

Selon ce juriste, plusieurs dispositions existent déjà en Guinée pour sanctionner ceux qui livrent à de telle pratique.

“Il y a des sanctions qui sont prévues dans les instruments juridiques nationaux et internationaux. Les sanctions au niveau national, notamment dans le code de l’enfant qui réprime ses actes qui sont de nature à envoyer les auteurs en détention.Donc, les poursuite pénales peuvent être engagées à l’encontre de tout ce qui contribue, que ça soit l’agent de l’État civil, que ça soit les parents ou toute personne sachant qu’un enfant est victime de tel acte qu’il refuse de donner l’information aux autorités judiciaires et administratives » a t-il martelé.

De son côté, El hadj Mohamed Saliou Camara, grand iman de Conakry a rappelé le rôle que les parents doivent jouer dans l’éducation des enfants, car dit-il l’éducation est le socle de tout développement.

Il faut noter que l’Association pour la Protection Globale des Droits des Enfants a pour but de lutter contre la délinquance juvénile. D’assister les enfants avec la loi, de mettre en place des moyens de protection des jeunes filles en particulier et de participer activement à leur scolarisation des enfants etc.

ara Mamadouba
669 14 62 22

La Redaction