Nouveau gouvernement au Niger : Mohamed Bazoum fait la part belle au PNDS

Nouveau gouvernement au Niger : Mohamed Bazoum fait la part belle au PNDS

La confirmation du retour en grâce d’Hassoumi Massaoudou, les ministères stratégiques réservés au PNDS et une équipe sensiblement réduite… Ce qu’il faut retenir de l’équipe sur laquelle Mohamed Bazoum va s’appuyer.

Une équipe sensiblement réduite, un peu plus jeune, mais avec très peu de femmes. Mohamed Bazoum semble décidé à aller vite pour ce début de mandat qu’il entame dans un contexte politique et sécuritaire particulièrement tendu. Après lanomination d’Ouhoumoudou Mahamadou au poste de Premier ministre, samedi 3 avril, la composition du premier gouvernement de la présidence du successeur de Mahamadou Issoufou a été dévoilée le 7 avril,moins d’une semaine après l’investiture du nouveau président nigérien.

La nouvelle équipe, dont les membres ont été présentés à la télévision nationale par Abdou Dan Galadima, le secrétaire général du gouvernement, compte 33 ministres – contre 47 dans le dernier gouvernement d’Isssoufou – dont trois ministres délégués. Seules trois femmes ont été nommées dans cette équipe qui réserve la part du lion au Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya, au pouvoir), qui conserve la haute main sur les ministère régaliens et les portefeuilles stratégiques.

Massaoudou, le retour
Hassoumi Massaoudou, membre influent du PNDS, prend ainsi les rênes du ministère des Affaires étrangères. L’ancien ministre de l’Intérieur et des Finances confirme ainsi son retour sur le devant de la scène. Figure historique du parti au pouvoir, c’est lui qui avait, au tout début des années 1990, fait le lien entre Mahamadou Issoufou le socialiste réformiste et Mohamed Bazoum, le « révolutionnaire ».

Devenu incontournable sous la présidence d’Issoufou, Massaoudou avait cependant été écarté en février 2019. Limogé de son poste de ministre des Finances,il payait alors ses ambitions présidentiellesà l’heure oùMohamed Bazoum prenait la place de dauphin putatif de Mahamadou Issoufou.

Réintégré au sein de l’équipe gouvernementale huit mois plus tard, à la faveur de la mise en place d’ungouvernement « de cohésion » à quelques mois de la présidentielle, Massaoudou s’est rapproché de Bazoum qui, sur les conseils du président sortant, lui avait réservé une place importante au sein du dispositif gouvernemental.

Le PNDS aux postes stratégiques
Autre personnalité de poids du PNDS arrivant à un poste gouvernemental stratégique : Alkache Alhada. L’ancien directeur de cabinet d’Issoufou est reconduit à l’Intérieur, une fonction qu’il occupait depuis juin 2020.

Pour le ministère de la Défense, portefeuille d’autant plus crucial que les attaques jihadistes se multiplient dans « la zone des trois frontières », Mohamed Bazoum a choisi l’un de ses fidèles : Alkassoum Indattou, ancien porte-parole du parti au pouvoir, qui était jusque-là l’un des principaux relais du nouveau chef de l’État au sein du PNDS.

Le ministère du Pétrole a été confié à Mahamane Sani Mahamadou, fils de Mahamadou Issoufou.Il y remplace Foumakoye Gado, qui l’avait dirigé pendant dix ans. Ahmat Jidoud, jusqu’ici chargé du Budget, devient ministre des Finances et remplace Mamadou Diop.
Par ailleurs, deux alliés du PNDS sont reconduits : Laouan Magagi, ministre de l’Action humanitaire et de la Gestion des catastrophes, et Illiassou Idi Maïnassara, ministre de la Santé. Boubacar Hassan fait pour sa part sa première entrée au gouvernement en tant que ministre de la Justice. Il succède à Marou Amadou, garde des Sceaux pendant une décennie.

La composition du gouvernement
Ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération : Hassoumi Massoudou

Ministre d’État à la présidence de la République : Rhissa Ag Boula

Ministre de la Défense nationale : Alkassoum Indattou

Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation: Alkache Alhada

Ministre de la Formation professionnelle : Kassoum Maman Moctar

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Mamoudou Djibo

Ministre de la Santé publique, de la Population et des Affaires sociales : Illiassou Idi Mainassara

Ministre des Mines : Ousseini Hadizatou Yacouba

Ministre de la Poste et des Nouvelles Technologies de l’information: Hassane Barazé Moussa

Ministre des Transports: Oumarou Malam Alma

Ministre de l’Action humanitaire et de la Gestion des catastrophes : Laouan Magagi

Ministre de l’Élevage et porte-parole du gouvernement : Tidjani Idrissa Abdoulkadri

Ministre de l’Équipement : Hamadou Adamou Souley

Ministre de la Justice, garde des Sceaux : Boubakar Hassan

Ministre de la Communication, chargé des relations avec les institutions : Zada Mahamadou

Ministre des Finances : Ahmat Jidoud

Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat des jeunes : Gado Sabo Moctar

Ministre de l’Agriculture : Alambedji Abba Issa

Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Assainissement : Maïzoumbou Laoual Amadou

Ministre du Plan : Abdou Rabiou

Ministre du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables: Mahamane Sani Mahamadou

Ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat : Mohamed Hamid

Ministre de l’Aménagement du territoire et du Développement communautaire : Maman Ibrahim Mahaman

Ministre de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant : Allahoury Aminata Zourkaleini

Ministre de l’Éducation nationale : Rabiou Ousman

Ministre de l’Hydraulique : Adamou Mahaman

Ministre de la Fonction publique et du Travail : Ataka Zaharatou Aboubacar

Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre la désertification: Garama Saratou Rabiou Inoussa

Ministre de l’Emploi et de la Protection sociale : Ibrahim Boukary

Ministre de la Jeunesse et du Sport : Sekou Doro Adamou

Ministre déléguée auprès du ministre des Finances chargée du Budget : Gourouza Magagi Salmou

Ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, chargé de la décentralisation : Dardaou Zaneidou

Ministre délégué auprès du ministre d’État aux Affaires étrangères et de la Coopération, chargé de l’intégration africaine : Youssouf Mohamed Almouctar.

Source : jeuneafrique.com

La Redaction