Sécurisation des examens nationaux : il n’y aura pas de coupure de l’Internet (ministre)

Sécurisation des examens nationaux : il n’y aura pas de coupure de l’Internet (ministre)

Depuis un certain temps, des informations font état d’une coupure de l’Internet ou du moins d’un brouillage des réseaux sociaux pendant la période des examens nationaux afin d’éviter des fraudes. Dans un entretien accordé ce mercredi 21 juillet 2021 à la radio Fim FM, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Professeur Alpha Bano Barry, a dit qu’il n’y aura pas de coupure de l’Internet, parce qu’il n’a même pas adressé à qui de droit, une demande dans ce sens

Tout d’abord, Professeur Alpha Bano Barry a rappelé qu’il n’est pas le ministre des télécommunications qui est en charge de la gestion de l’Internet. Il ne peut que demander, s’il le souhaite, la coupure de l’Internet. Chose qu’il n’a pas encore fait. Et mieux, le ministre de l’Education Nationale dira que la question de l’Internet relève de la souveraineté du gouvernement.

Parlant du brouillage des réseaux sociaux, en outre, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation révèle avoir compris grâce à un calcul simple qu’il est très coûteux. En effet d’après Professeur Alpha Bano Barry, installer un brouilleur dans chaque centre d’examen coûterait un million de dollars à l’Etat guinéen.

La coupure de l’Internet ou du moins d’un brouillage des réseaux sociaux pendant la période des examens nationaux, il importe de le souligner, était redoutée par les Guinéens qui gardent encore en mémoire les souvenirs désagréables de la perturbation du réseau Internet le 18 octobre 2020 et les jours qui ont suivi la dernière présidentielle. Heureusement qu’à la place de la coupure de l’Internet pendant la période des examens nationaux, le ministre de l’Education nationale veut compter sur l’honnêteté des enseignants.

Sélectionné pour vous :  Opération de déguerpissement: Saïkou Yaya Barry (UFR) d’accord avec le principe mais souhaite des mesures d’accompagnement

A signaler que l’Etat guinéen est assigné devant la cour de justice de la CEDEAO par ABLOGUI (association des blogueurs de Guinée) qui lui reproche d’avoir volontairement perturbé Internet le 18 octobre 2020 et les jours qui ont suivi la dernière présidentielle.

 

La Redaction