Violences à Wanindara : l’ONG Avocat Sans Frontières dénonce et exige l’arrêt des exactions

Le traumatisme que vivent les citoyens de Wanindara préoccupe l’ONG Avocat Sans Frontières.
Deux semaines après l’assassinat dit-on d’un policier sur place, le quartier est assiégé par les forces de l’ordre souvent accusées de commettre des exactions sur des citoyens.

Une situation qui indigne Christophe Labiné Koné, président de cette organisation.
Au cours d’une sortie médiatique ce samedi 12 décembre 2020, il a fait savoir que ce qui se passe à Wanindara prouve à suffisance que les droits de l’homme se portent mal en Guinée.

«Le cas particulier de ce qui passe à Wanindara, nous avons appris que des individus non identifiés rentrent dans les quartiers et agressent des citoyens. Et dans un état de droit si on ne peut pas mener une enquête sérieuse, chercher à identifier les coupables, mais qu’on cherche à terroriser tout un peuple n’est pas normal», estime l’avocat

Le président de l’ONG avocat sans frontière, dénonce l’attitude des autorités guinéennes, qui selon lui, sont en train de violer les engagements du pays en ce qui concerne le respect des droits humains en Guinée.

La Redaction